Qu’est-ce que la communication appréciative ?

La communication non verbale : quand les gestes en disent plus que les mots
septembre 17, 2020
Communication : de l’importance du personal branding
septembre 17, 2020

Un gentleman est considéré par définition comme aimable et gentil. À cet égard, une interaction amicale et respectueuse est une évidence. Mais comment mettre cela en pratique dans la vie quotidienne et au travail ? Un entraîneur donne des conseils sur la façon dont l’appréciation peut être vécue dans la communication. Il précise que les éloges ne suffisent pas.

Dictons typiques du patron

La communication est toujours aussi une expression de l’attitude intérieure envers la personne d’en face. Avez-vous déjà entendu de tels propos de la part de votre patron ? “Si on ne dit rien, les louanges suffisent.” Ou encore : “on dirait juste quelque chose si quelque chose tourne mal, mais ensuite on le dit assez fort pour que tout le monde l’entende”. Cela n’a rien à voir avec l’appréciation.

Le pouvoir de l’appréciation

Les termes appréciation ne sont pas aussi clairs qu’ils peuvent le paraître à première vue. Ils sont dynamiques, changeants et extrêmement vagues. Ce n’est que lorsqu’une personne reconnaît quelqu’un d’autre que cette reconnaissance devient concrète. Cela signifie que ce n’est que dans l’interaction que la reconnaissance devient une appréciation. Une véritable appréciation peut avoir un grand effet sur l’autre personne. Cependant, l’attitude intérieure de l’appréciateur joue un rôle important. Souvent, votre interlocuteur ressent l’intention qui y est liée. Cela peut susciter du ressentiment. Réfléchissez donc à vos propres motivations. La valorisation est également un besoin humain fondamental. Derrière cela, il y a une attitude qui consiste à diriger avec bienveillance l’attention de l’autre personne sur ses aspects positifs et à exprimer son appréciation en paroles et en actes.

Comment montrer son appréciation aux autres ?

Il y a différentes façons de montrer son appréciation à ses semblables. L’une d’entre elles est très simple : elle consiste à parler de choses positives et à donner des commentaires positifs en temps utile. Laissez votre sourire travailler pour vous. Exemples:
– Grandiose, magique, brillant.
– Vous avez très bien fait.
– Merci pour votre soutien.
– Vous êtes génial.
– Merci pour cette agréable conversation.

Une éloge a souvent le même fond qu’une réprimande. Parfois, les éloges ne sont donnés que s’il y a une autre demande par la suite. Cela s’observe souvent dans le travail quotidien : par exemple, en guise d’introduction à la critique ou pour augmenter la productivité des employés. Cela donne un effet de manipulation. De nombreux destinataires soupçonnent déjà l’intention – et sont mécontents. Si vous voulez montrer à quelqu’un une réelle appréciation, il ne s’agit pas d’évaluations. C’est la voie un peu difficile, la voie du gentleman pour ainsi dire : non pas pour rester en surface, mais pour montrer une appréciation qui vient du cœur. C’est certes un peu plus élaboré, mais c’est aussi plus durable.

La différence entre éloge et appréciation

La différence entre éloge et appréciation se manifeste dans l’intention. L’intention fondamentale de l’appréciation n’est pas liée à la performance ou aux exigences, mais à la personne. L’appréciation se manifeste par une attention et des soins constants ainsi que par une interaction respectueuse avec l’autre personne. Pour une communication appréciative réussie, cela signifie : trouver des formes d’évaluation qui favorisent la coopération, c’est-à-dire sans basculement de statut, mais plutôt à partir d’une attitude ouverte et appréciative. Concrètement, cela signifie pour votre communication que vous utilisez d’abord le langage de connexion et ensuite les quatre étapes de la communication appréciative. Le langage de connexion devient de connexion lorsque nous présentons des observations, donnons des raisons, exprimons notre appréciation et demandons au lieu de demander.  Diviser le langage, par contre, signifie juger, évaluer et se mettre au-dessus de l’autre. Cela n’a également rien à voir avec l’appréciation.

Les quatre étapes de la communication appréciative

Dans la communication appréciative, vous exprimez vos préoccupations de manière claire et compréhensible et en même temps vous parvenez de comprendre les préoccupations de votre interlocuteur. Quatre étapes ont fait leurs preuves ici:
– Observation
– Sentiment
– Besoin
– S’il vous plaît

Conseils pour la conversation de tous les jours

Pour la conversation de tous les jours, on recommande “WWW”, c’est-à-dire “WWW” :
– Perception : décrire l’observation.
– Effet : nommer le sentiment et le besoin ou motif qui seront satisfaits.
– Souhait : demande d’action.

Vous pouvez bien sûr aussi l’utiliser en privé pour apprécier les autres êtres humains. Les 3 W sont décisifs : décrire la perception, nommer l’effet et le combiner avec les sentiments et les motifs et enfin exprimer le souhait ou la demande.

L’appréciation commence par soi-même

Seules les personnes qui s’apprécient elles-mêmes peuvent faire preuve de respect envers les autres et communiquer avec eux de manière appréciative. L’appréciation commence donc par vous. Vous pouvez utiliser l’estime de soi comme une source de force. Pour ce faire, utilisez les quatre étapes de la communication appréciative également pour votre estime de soi.
1. Observation : avec quelle attitude avez-vous contribué aujourd’hui à votre bien-être, à votre réussite ou à l’embellissement de votre vie ?
2. Besoin : qu’est-ce qui a été accompli à travers ce ?
3. Sentiment : comment vous sentez-vous ?
4. Merci : comment aimeriez-vous vous montrer votre appréciation ? On peut vivre avec un bon compliment pendant deux mois.

L’appreciative inquiry

L’appreciative inquiry ou démarche appréciative est une démarche de changement organisationnel qui se focalise sur les réussites et les succès plutôt que sur la résolution de problèmes C’est un processus qui impulse un changement intentionnel et stratégique qui se concentre sur les points forts de l’organisation et s’appuie sur ceux-ci pour préparer l’avenir et définir des plans d’action. Il s’agit à la fois d’explorer et de découvrir par des questionnements de manière à valoriser et estimer ce qui a déjà fonctionné.

Pourquoi l’utiliser ?

– Objectif

  • Permettre le développement et le changement personnel ou organisationnel.
  • Développer l’enthousiasme, la confiance et l’énergie humaine.
  • Réfléchir en termes de possible, bien et mieux.
  • Créer une nouvelle dynamique autour d’une vision partagée du futur.
  • Explorer un moment fort du passé et voir comment les racines de cette expérience ont permis de le réaliser.

L’appreciative inquiry oriente vers la découverte délibérée de tout ce qui donne vie et énergie à un système. L’acte même de poser une question influence la vision du monde de la personne interrogée. Elle démarre par des interviews en binôme par les membres de l’organisation en explorant ce que chaque personne apprécie et désire le plus, puis se propage au travers de groupes de plus en plus grands jusqu’à l’exploration collective du futur que le groupe désire créer. Elle s’applique à des questions ponctuelles ou impliquant l’organisation dans son ensemble, coopération, culture d’entreprise.

Comment l’utiliser ?

L’approche appreciative inquiry se décompose en quatre étapes :

  • découvrir ce qui est : identifier et apprécier les plus belles réussites, les succès, les meilleurs moments. L’interview appréciative est l’occasion de se rappeler les moments où chacun est acteur de ses choix et de sa vie. Dans cette phase, les personnes découvrent leurs forces et talents ainsi que celles des équipes et de leur organisation. Elle se focalise sur ce qui a bien marché et non sur ce qui n’a pas marché ;
  • devenir ce qui pourrait être : imaginer le futur désiré et les possibilités offertes. Les personnes voient leurs rêves plus accessibles après la phase de découverte ;
  • décider ce qui devrait être : planifier et prioriser les projets et les actions, sur ce qui va bien marcher.
  • déployer ce qui sera : déployer et implémenter les projets de changement et les actions retenues.

La démarche appreciative inquiry est basée sur les cinq principes :

  • constructionnisme : la question posée influence la réponse et le changement souhaité. Nous décrivons le monde tel que nous le voyons ;
  • simultanéité : le changement démarre dès que nous commençons à poser les questions ;
  • poétique : il est possible de lire ce que nous voulons dans une organisation et d’en déduire des significations et des interprétations diverses ;
  • anticipation : les changements profonds viennent de nos images du futur ;
  • positif : plus la question est positive, plus le changement est grand et durable.