Compétences relationnelles : ce qu’elles sont et pourquoi elles devraient être développées

Que faire lorsque le comportement des consommateurs change ?
octobre 12, 2020
Comment initier les introvertis au coworking ?
octobre 12, 2020

Aujourd’hui, nous parlons de compétences non techniques, également appelées compétences transversales. Qu’est-ce que c’est ? Tout d’abord, nous soulignons que nous faisons référence à des compétences principalement orientées vers le monde du travail. Deuxièmement, nous prévoyons que, par opposition aux compétences non techniques, il existe aussi des compétences dites techniques. Les compétences difficiles concernent les connaissances formelles acquises par l’individu au cours de sa formation scolaire. Ils comprennent les qualifications obtenues par la formation continue, au cours de laquelle l’individu a reçu une évaluation continue. Les compétences non techniques consistent en la capacité de mettre en pratique les leçons apprises. Non seulement les connaissances acquises par l’éducation formelle, mais aussi ce qui est appris par la pratique et la vie. Elles concernent les attitudes et les ressources mises en pratique au cours d’un travail.

Les compétences relationnelles sont à la mode

Dans les entreprises, on entend de plus en plus souvent parler de compétences générales Lors de la sélection du personnel, beaucoup d’entreprises parmi les plus prestigieuses accordent une importance énorme à ces compétences. Il existe maintenant une croyance répandue selon laquelle les compétences non techniques sont plus importantes pour la productivité et l’efficacité sur le lieu de travail que les compétences intellectuelles. Les compétences relationnelles les plus appréciées par les services des ressources humaines sont le travail d’équipe et les aptitudes à la communication. Ces deux compétences sont essentielles pour éviter les conflits. Rien n’est plus démotivant pour un employé que de travailler dans une équipe où chaque membre ne pense qu’à lui ou où règnent les intérêts personnels et les malentendus. Les compétences relationnelles comprennent également des valeurs, dont les plus importantes sur le lieu de travail sont : l’honnêteté, la responsabilité et l’engagement. À quoi sert une personne dotée d’un énorme talent si elle n’est pas capable de s’engager dans des objectifs communs ? Il est essentiel pour une entreprise de s’appuyer sur des personnes engagées. En même temps, une grande importance est accordée à la créativité, la capacité à résoudre des problèmes et à trouver des idées novatrices.

Une étude sur le sujet

Une étude a récemment été menée entre les entreprises par le biais du réseau social LinkedIn. L’objectif était d’étudier le degré d’importance accordé par les départements des ressources humaines des différentes entreprises aux compétences non techniques plutôt qu’aux compétences techniques. Les résultats de la recherche, qui a vu 291 directeurs des ressources humaines interrogés, ont confirmé ce qui se dessinait déjà dans le domaine de la psychologie du travail. La première conclusion est que les entrepreneurs ont plus de difficultés à trouver des personnes ayant des compétences non techniques. Les plus recherchés sont une bonne communication, une bonne organisation, le travail d’équipe, la ponctualité, l’esprit critique, la sociabilité, la créativité, une bonne communication interpersonnelle, l’adaptabilité et une personnalité sympathique. Cependant, les recruteurs ont eu beaucoup de mal à trouver ces attributs chez les personnes ayant un niveau d’éducation plus élevé. Les gens ont tendance à avoir l’un ou l’autre, a déclaré l’un des répondants. Tout cela suggère que l’éducation formelle tend à accorder plus d’importance à l’intellect qu’à la personne.

Le compétence générale sono définitif

L’étude a également révélé que dans certains secteurs de l’économie, il est plus facile de trouver des personnes ayant des compétences non techniques. En particulier, ces attributs sont apparus davantage dans des domaines tels que le marketing, l’éducation, la santé, le sport, le conseil et le secteur du tourisme et de la restauration. Dans d’autres domaines, cependant, ces compétences sont presque inexistantes. Elles se situent principalement dans les domaines des arts graphiques et audiovisuels, de la musique, de la photographie, du génie civil et du droit. Ces données sont assez curieuses, si l’on considère qu’en théorie, des domaines tels que l’art et le droit devraient exiger d’énormes compétences humaines. Cependant, les responsables des ressources humaines ont souligné que ce sont les domaines où il est le plus difficile de trouver des personnes qui combinent de bonnes connaissances et une formation avec des compétences sociales et des valeurs axées sur le travail. Enfin, l’étude a révélé que de nombreux travailleurs présentent de graves lacunes en matière d’intelligence émotionnelle, ce qui est fondamental dans la pratique sur le lieu de travail, en particulier lorsqu’il s’agit de travail en équipe. Plus important, peut-être, que même l’intelligence intellectuelle. L’aspect positif est que si vous pouvez travailler sur votre croissance formelle et intellectuelle, vous pouvez également développer les compétences et les valeurs qui sont de plus en plus demandées sur le lieu de travail. C’est l’un des moyens, aujourd’hui le plus important, de parvenir à la réussite professionnelle.

On peut en distinguer trois dimensions

– Le Savoir est lié aux compétences intellectuelles, acquises par l’étude et les informations, aux connaissances professionnelles et théoriques, les procédures, données, règles, normes, méthodes et outils.

– Le Savoir-faire est lié à une vision opérationnelle, aux compétences techniques, à la connaissance des moyens qui permettent  l’accomplissement d’une tâche, à l’expérience, à la pratique, à l’efficacité, à la capacité de gérer le temps, l’espace et le flux d’information, à l’utilisation des outils et des méthodes d’exécution de son travail.

– Le Savoir-être est lié aux aptitudes et comportements qui permettent d’entrer en relation avec soi-même et avec les autres et de bien faire son travail.

Les compétences relationnelles organisationnelles

Nous définirons donc cette compétence comme la capacité d’entrer en contact, d’adopter et d’adapter, vis-à-vis d’autrui et en fonction des buts que nous nous sommes fixés, des comportements, aptitudes et attitudes efficaces dans un contexte organisationnel (situation professionnelle, structure hiérarchique, système formalisé, équipe et activité professionnelle) afin d’entretenir des échanges satisfaisants et fructueux dans un contexte professionnel.

Les compétences relationnelles renferment :

–  Les habilités émotionnelles

–  Les habiletés comportementales

–  Les habiletés communicationnelles.

Elles sont liées avant tout au savoir-être et doivent nécessairement chevaucher et empiéter le savoir-faire pour sa mise en œuvre. Les compétences relationnelles sont des compétences professionnelles à part entière et il est souhaitable de la développer sur un pied d’égalité avec les compétences intellectuelles et techniques si on souhaite être performant et efficace. Elles sont ces habiletés qui permettent a un individu qui parmi tant d’autres dans une profession ou emploi semblable est plus ou moins sur le pair dans les termes de leur compétences professionnelles de se différencier, de se séparer de la masse et de réussir. Elles sont fondamentales au succès de n’importe quel individu, équipe ou organisation. En fait, 85 % de notre succès est attribué à nos compétences relationnelles. Dans un contexte de changements fréquents technologiques, concurrentiels, culturels et sociologiques, les entreprises doivent rester performantes et, dans leur cheminement innovateur, se trouvent devant une nécessité émergente et grandissante de savoir-être. Décidées à s’orienter dans cette direction, plusieurs organisations encouragent leur personnel à adopter des nouvelles attitudes au travail, telles que : l’écoute de la clientèle, l’autonomie, la responsabilité, le dynamisme, la communication, l’image et la représentation externe, l’esprit d’équipe, l’éthique, l’orientation client, la résolution de problèmes, ce sont les leviers, les facteurs de performances relationnelles. L’incompétence relationnelle est source de tensions, de malentendus, d’insatisfactions, de crises et d’inefficacités. Une organisation motivée, communicante et éthique est plus compétente qu’une organisation abattue et apathique, même si cette dernière est dotée des mêmes savoirs et savoir-faire.