Coaching : non, un licenciement n’est pas la fin du monde !

Phrases positives : importance, exemples et avantages
octobre 12, 2020
Qu’est-ce que la manipulation mentale ?
octobre 12, 2020

Employeur et salarié ont tous deux la faculté de mettre fin au contrat de travail de manière unilatérale. Cette faculté, offerte aux parties du contrat de travail, diffère selon la personne qui la met en œuvre. Ainsi, le salarié qui souhaite rompre son contrat de travail doit en principe démissionner. Tandis que l’employeur qui souhaite se séparer de son salarié doit le licencier. Ce sont les modes de rupture “classiques” du contrat de travail. Le législateur et les juges sont venus instaurer des modes de ruptures alternatifs : rupture conventionnelle, la prise d’acte par le salarié ou encore la résiliation judiciaire du contrat de travail. Le Code du travail : la loi ne vient pas définir le licenciement en soit, mais encadre strictement son déroulement : la procédure de licenciement et sa justification : le motif du licenciement. Presque tout le monde a dû faire face à un licenciement au moins une fois. Cette expérience n’est jamais agréable, même lorsque les conditions de travail ne sont pas les meilleures. Bien qu’elle soit très courante, cela ne la rend pas moins frustrante et, selon les circonstances, elle peut aussi avoir un fort impact émotionnel sur la personne. Un licenciement implique un rejet, une accusation et un pas vers l’incertitude. Le rejet parce qu’il présuppose l’exclusion du lieu de travail et ce qu’il représente symboliquement. Accusation parce qu’elle implique que notre travail ou notre comportement au sein de l’entreprise a été évalué négativement. Et c’est un pas vers l’incertitude, car, dans la plupart des cas, un nouvel emploi ne sera pas pour bientôt. C’est certainement un moment délicat. Cependant, c’est vous qui lui donnez un sens. Cela signifie qu’on a la possibilité de veiller à ce qu’un licenciement ne se transforme pas en un traumatisme ou une difficulté grave. En fin de compte, même si cela implique quelques difficultés, ce n’est pas la fin du monde. Il faut prendre les choses en main et veiller à ne pas dépasser les bornes. Voici quelques idées qui pourraient vous aider.

Comment gérer un licenciement ?

Tournez-vous vers vos amis et votre famille

Concentrez-vous sur votre relation avec votre partenaire, les membres de votre famille et vos amis proches. Évitez de gérer seul le stress et la colère.

– N’ayez pas peur de vous ouvrir à vos amis et aux membres de votre famille à propos du traumatisme causé par votre licenciement. Même s’il pourrait être tentant de vous isoler et d’essayer de gérer ces sentiments seuls, vous pouvez vous tourner vers vos proches pour leur demander du soutien.

Discutez avec un thérapeute

Vous arriverez certainement à gérer le traumatisme de la perte de votre emploi en discutant avec votre partenaire ou des amis proches. Cependant, un professionnel comme un thérapeute ou un conseiller vous aidera à gérer vos problèmes de colère qui auraient pu apparaître dans cette situation.

– Même si vous pourriez être tenté de vous concentrer sur l’avenir, il est important de gérer les émotions intenses que vous avez maintenant à cause de votre licenciement. De cette façon, vous pouvez passer à autre chose d’une manière saine et stable.

Évitez « et si »

Vous allez probablement commencer à vous demander « et si ». Et si on n’avait pas été en retard à cette réunion ? Et si on avait fait plus d’heures supplémentaires ? Cependant, en vivant dans le passé, vous n’arriverez pas à avancer. Les « et si » sont des questions qui n’auront jamais de réponse et qui vont vous empêcher de vous concentrer sur les aspects positifs de votre vie.

– Au lieu de vous demander « et si », demandez-vous plutôt « et maintenant ? » Par exemple : et maintenant, que va-t-on faire de son temps libre ? Et maintenant, que peut-on faire pour passer à autre chose et réussir ? 

Rester calme et se détendre

Bien que cela semble difficile à avaler, une chose est sûre : si vous quittez un endroit, c’est parce qu’il n’était pas le bon pour vous. C’est parfois difficile à accepter au début, mais il était probablement temps pour vous de partir. Peut-être que cette entreprise n’était pas pour vous, ou que vous n’étiez pas pour eux, mais ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Au début, il est difficile de tout évaluer objectivement. Pour cette raison, la première chose à faire est de rester calme et de ne pas donner libre cours à toutes ces idées négatives qui apparaissent après un licenciement. Ne pensez pas que ce n’est que le premier d’une longue série de problèmes ou que le monde est sur le point de s’effondrer sur vous. Concentrez-vous plutôt sur ce que vous pouvez faire à partir de maintenant.

Retrousser vos manches

Après un licenciement, une période d’incertitude commence. La meilleure façon d’y faire face est d’être organisé au maximum. Tout d’abord, réorganisez vos finances. Il faut réduire tous les gaspillages possibles. Si vous avez des dettes, pensez à en parler à vos créanciers pour établir de nouvelles conditions. Vous pouvez toujours trouver un compromis, notamment parce qu’ils seront intéressés à vous rencontrer d’abord pour vous faire payer. Il est important de dresser une liste de toutes les personnes que vous connaissez et qui pourraient vous aider à trouver un nouvel emploi. Prenez également en compte les personnes que vous n’avez pas vues depuis longtemps. Ensuite, préparez un message à envoyer à tout le monde. Faites-leur savoir que vous êtes au chômage et que vous souhaitez qu’ils vous informent de toute offre d’emploi dont ils pourraient prendre connaissance.

Mettre à jour votre CV

Un licenciement vous oblige à dépoussiérer votre CV et à le renouveler. C’est une excellente occasion de le moderniser et de lui donner une touche plus personnelle. Aujourd’hui, il existe plusieurs options, dont un lien vers une présentation vidéo dans votre CV. Il est très important d’adapter votre candidature à l’emploi auquel vous postulez, peut-être en insérant quelques phrases représentatives et incisives. Soulignez vos meilleures qualités, profitez-en également pour chercher du travail dans des domaines qui vous intéressent ou vous plaisent. Il y aura certainement une entreprise qui recherchera vos compétences.

Un licenciement est aussi une opportunité

Pendant que vous cherchez un nouvel emploi, car oui, vous le trouverez, même si cela peut prendre un certain temps, vous pouvez aussi profiter de votre temps libre pour réfléchir et envisager une nouvelle option : être votre propre patron. Pouvez-vous faire quelque chose qui vous permettrait de travailler de manière indépendante ? Toute compétence peut être utile. Tout savoir peut être enseigné. S’il s’agit de compétences manuelles, il suffit de les utiliser. L’internet est un bon moyen de créer votre propre entreprise. Pour créer une entreprise, il n’est pas nécessaire d’être un innovateur ou de posséder un capital important. L’élément essentiel est l’étude de marché : vous devez découvrir les besoins auxquels vous pouvez répondre. Prenez l’exemple des entreprises qui réussissent. Apprenez à établir un plan d’entreprise et à vous mettre au travail. Il s’agit de prendre des décisions. Si vous réussissez, vous pouvez décider de poursuivre votre activité même si vous trouvez un emploi en tant que salarié. L’important est de se rendre compte qu’un seul licenciement n’est pas la fin du monde. Il est clair que vous vous sentirez catapulté hors de votre zone de confort, et que des inquiétudes surgiront en vous. Mais si vous adoptez une attitude positive et active, vous pouvez transformer ce problème en une opportunité de croissance.